© 2023 by The Book Lover. Proudly created with Wix.com

  • Ely

SP - Airstronomy - Johanna Marines

Mis à jour : 2 mai 2019


Fiche Technique


Auteur : Johanna Marines

Maison d’Edition : Mots en Flots

Genre : Dystopie

Parution : 28 Juin 2018

Lien d’achat : Ebook : https://urlz.fr/9E1u

Broché : https://www.editions-mots-en-flots.com/product-page/airstronomy

Merci à la maison d’édition pour ce service presse !


Résumé


Ere Cassiopée, 2216

Imaginez un futur où la montée des eaux aurait redessiné le contour des continents. Un monde ravagé par l’Homme où la faune et la flore ont totalement disparu. Pire, un monde où le simple fait de respirer est devenu mortel.


Dans une cité rongée par le sel et les embruns, les derniers habitants de cette planète tentent de survivre en haut des gratte-ciel. Mais comment vivre ses rêves quand l’air lui-même se vend et s’achète comme un vulgaire bien de consommation ?


Plongez au coeur des bas-fonds malfamés de Toronto et transgressez les interdits de cette ville qui ne dort jamais. Mais prenez garde, car dans cette cité où tout n’est qu’illusion, gangrénée par l’eugénisme et les manipulations génétiques, un parfum de rébellion flotte déjà dans l’air.


Nul doute, vous n’en sortirez pas indemnes…


Mon Avis


Nous sommes envoyés dans l’Ere Cassiopée, en ‘lan 22016, dans la ville de Toronto… qui ne ressemble plus vraiment à celle que nous connaissons aujourd’hui.


Presque 200 ans après notre ère, le monde n’est plus ce qu’il était. Les inégalités sociales sont bien plus visible qu’auparavant. Nous avons dans les bas fonds, les IRON, les plus pauvres. Puis les PEWTER, la classe moyenne qui a le droit de vivre dans les étages des immeubles, sans être trop hauts, et souvent avec des désagréments (ascenseurs en panne, coupure d’air etc…). Et enfin, la classe riche : les GOLD.


Toronto est isolée du reste du monde et ses habitants dépendent d’une technologie qui leur permet de survivre dans ce chaos créé par leurs ancêtres… Nous.


Nous suivons le parcours d’une jeune femme d’une vingtaine d’années, Maïa. Son père, ainsi que son grand-père sont connus dans cette ville et malgré elle, cela lui offre quelques « avantages ».. Outre la possibilité d’avoir le meilleur endroit pour suivre ses études, elle traîne derrière un fardeau dont elle n’a pas idée. Elle rentre donc dans son deuxième stage… dans le centre créé par son grand-père. Et c’est ici que tout bascule. Tout ce qu’elle croyait être réel la fera douter et elle se lancera dans des recherches qui mettront sa vie en danger, ainsi que celle de sa famille. Elle peut tout de même compter sur le soutien de son meilleur ami Naos, qui porte lui aussi un fardeau énorme.


J’ai été embarquée dès les premières pages dans un univers parfaitement dépeint par l’auteur. J’ai trouvé des similitudes avec notre monde actuel alors que le roman a été écrit et publié quelques mois avant cela…


C’est pour cette raison que j’ai toujours été épatée par les auteurs de dystopie, ceux qui arrivent à nous faire voyager dans un monde post apocalyptique, dans leur vision de ce que pourrait être le monde futur. A mon sens, ceux qui réussissent cet exploit ont tout gagné.


La fin n’est pas surprenante mais elle m’aura tenu en haleine. Je voulais savoir comment ça allait se passer… Ce qui allait arriver aux héros et à leurs proches.

La couverture du roman représente bien ce qui se passe. Et je n’en ai compris que le sens complet qu’après avoir tourné les dernières pages.


La plume de l’auteure est fluide, assurée, mature. Elle a su me transporter assez loin pour que j’arrive à en oublier l’heure qu’il était ou ce que je devais faire…


Une histoire originale même si on peut y retrouver des concordances avec d’autres dystopies plus connues. Elle a su amener ces choses à sa manière, avec sa vision. Par conséquent je n’en ai pas été gênée, et quelques secondes après y avoir pensé, j’avais déjà oublié et était replongée dans l’histoire.


Il me semble important de souligner également le travail éditorial qui est sérieux. Au niveau de l’orthographe, de la mise en page soignée. C’est important ce genre de choses.


Conclusion


Que dire d’autre à part que c’est mon premier coup de cœur de cette année 2019 ! J’espère avoir la chance de lire d’autres romans de cette auteure talentueuse car sa plume me fut très agréable à lire et à découvrir. Airstronomy est, à mes yeux, un des meilleurs romans que j’ai lu. Quand il ne me faut que quelques heures pour lire un roman, c’est qu’il est vraiment bien…


A ceux qui aiment la dystopie, ne passez pas à côté. Arrêtez vous et prenez le temps de savourer cette pause à Toronto, réfléchir sur ce que l’auteure nous offre comme réflexion.


#Ely #sp #servicepresse #coupdecoeur #motsenflots #johannamarines #airstronomy

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now